histoiresdecheznous2 Index du Forum

histoiresdecheznous2
Site d'histoires érotiques pour adultes dont les héros font partie de la même famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Confession / Nono

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
vezan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 2 906

MessagePosté le: Sam 3 Nov - 21:10 (2018)    Sujet du message: Confession / Nono Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Confession


Aurore, ma fille, n'est plus une petite fille, c'est une belle adolescente, une fille délicieuse, mince, très mince avec des seins aussi petits que ceux de sa mère, avec un beau petit cul savoureux, des jambes très fermes, minces mais bien faites. J'aime regarder des jeans serrés malgré l'interdiction, c'est ma fille quand même. À 18 ans, ma fille est naturellement ravissante, mais quand elle sortait, elle faisait en sorte que son léger maquillage soit impeccable.

Ce n'était pas la première fois que je rentrais à la maison en ayant bu, je lui avais interdit de sortir avec ses amis, mais en bonne adolescente, elle m'avait complètement ignoré et avait décidé d'aller faire la fête...

Cette nuit-là, je faisais les cent pas, furieux qu'une fois de plus elle ait passé outre mes recommandations. Comme sa mère était partie, j'étais seul à la maison pour l'attendre et je continuais à boire des bières. Les heures passaient et elle ne rentrait pas. Ma colère augmentait au fil du temps; quand allait-elle daigner rentrer ?

Enfin, je l'entendis rentrer, mais quand je l'ai vue, j'ai réalisé que j'avais trop bu et que je pouvais à peine parler. Elle était fatiguée, elle avait bu un peu et je décidai de la laisser aller se coucher. Les reproches seraient pour un autre jour. Elle avait des difficultés à se déplacer, je ne savais pas pourquoi, alors je l'ai emmenée dans sa chambre. Je l'ai allongée sur son lit, j'ai enlevé ses souliers et soudain j'ai vu ses petits pieds bien soignés, ses ongles vernis. J'ai touché ses pieds et j'ai senti la douceur de sa peau. Soudain, j'ai ressenti un désir et un plaisir que je n'avais plus perçu depuis très longtemps. Alors, j'ai chéri ses beaux petits pieds. Ma fille dormait déjà, sa respiration était régulière. Tout de suite, j'étais attiré par ses seins qui montaient et descendaient sous son t-shirt au rythme de sa respiration. Je pensai immédiatement qu'elle avait de beaux seins… Ses jeans étaient parfaitement ajustés à son corps et la forme de ses cuisses était bien visible. Je regardais alors son ventre et surtout son entrejambe; j'avais oublié, à ce moment, que c'était ma fille et je ne pouvais pas m'empêcher de fantasmer sur son corps. Tout à coup, je voulais voir son corps fragile et délicat. Donc, lentement, en regardant le visage d'Aurore pour voir sa réaction, j'approchais ma main de son ventre pour toucher et caresser sa peau que je découvrais ferme, douce et chaude. En faisant cela, j'ai très vite bandé. Je n'en revenais pas, je n'avais plus eu une telle réaction depuis des mois. Je descendis ensuite mes doigts sur ses jeans et parcourus avec enthousiasme les contours de son string, en me rapprochant petit à petit de sa fente. Je faisais tout ça en fixant Aurore du regard.

Aurore n'était même pas au courant que son père la caressait, c'était évident. Alors, avec courage, je plaçai mes mains sur ses petits seins très fermes. Je les massai un peu au-dessus du t-shirt, puis j'ai posé ma tête sur sa poitrine. Ne voyant aucune réaction d'Aurore, j'ai tenté d'embrasser son cou. Ma fille dégageait un arôme naturel étonnant avec un soupçon du parfum qu'elle utilisait tous les jours. J'embrassai ses cheveux, alors que mes mains étaient passées sous son t-shirt pour caresser sa douce poitrine; c'était si excitant! Puis, j'ai descendu, à nouveau, mes mains vers le sexe de ma fille. Je léchais son cou alors que je frottais sa petite chatte au-dessus des jeans.

Ma fille réagissait à peine et je décidai d'enlever ses vêtements, pensant que si elle se réveillait, je pourrais toujours lui dire que c'était pour qu'elle dorme mieux ! Au fur et à mesure que les vêtements disparaissaient, j'admirais chacune de ses parties du corps que je ne voyais jamais, que je ne pouvais pas regarder. Je remarquai que ses vêtements étaient tâchés et je soupçonnai que ces tâches étaient du sperme… Il faisait très chaud, je fixais sa belle petite chatte, j'avais envie d'aller plus loin, je voulais ma fille, je voulais la posséder, je voulais sentir ma queue dans son corps, je voulais qu'elle soit à moi. Toutefois, je ne savais pas si elle était encore vierge, mais au fond de moi, je l'espérais.

Ma fille était à la fin de l'adolescence, c'était une fille tranquille, je ne lui connaissais pas de petit ami. Je la regardais, nue, à ma disposition avec mon pénis gonflé qui pointait vers elle. J'ai posé mon gland sur son visage et l'ai frotté sur sa joue, sur ses lèvres. Ma fille ne réagissait pas, je tentai de passer mon gland entre ses lèvres, mais je n'y suis pas arrivé. Alors, j'ai sucé ses petits seins. Elle ne bougeait pas, mais malgré tout, ses petits tétons durcissaient … Après quelques instants, je suis descendu pour sucer sa belle petite chatte, une chatte douce et poilue avec des lèvres humides. Je léchais et suçais sa chatte avec beaucoup de plaisir. J'étais néanmoins un peu anxieux ne sachant pas si j'allais être le premier à profiter de son ventre.

Je me sentais quand même mal à l'aise de devoir prendre la virginité de ma fille si elle était vierge. Mais mon excitation était trop grande pour reculer. Je ne voulais pas la blesser, mais je voulais vraiment la baiser, j'étais allé trop loin. Alors j'ai attrapé ses chevilles et j'ai soulevé ses fines jambes. J'ai posé mon gland à l'entrée de son corps et j'ai poussé doucement pour entrer lentement dans son vagin étroit. Petit à petit, je m'enfonçais en elle, sentant ses chairs intimes et chaudes s'écarter, puis m'envelopper, espérant trouver la barrière naturelle, mais très vite je me retrouvai complètement en elle et découvris que ma petite fille, Aurore, n'était plus vierge, que quelqu'un avait pris ce que je voulais.

Malgré la déception, posséder à ma propre fille était la situation la plus délicieuse de ma vie. Je pompai lentement mon enfant en appréciant son intimité interdite. Elle dormait toujours mais commençait à gémir, puis elle parla :

– Non, arrêtez, je ne veux pas, ne faites pas ça… pas les deux en même temps… !

Entendant ses mots, je me rendis compte que ma fille avait baisé au moins deux garçons ! Les tâches sur ses vêtements étaient bien du sperme !
Elle continuait à se plaindre pendant que ma tige entrait et sortait de son petit vagin délicat et étroit. C'était merveilleux, voir mon sexe s'enfoncer en elle me rendait fou de désir.

D'une manière très irresponsable, je n'avais pas utilisé de préservatif pour baiser ma fille, la fièvre sexuelle ne m'avait pas permis de penser avec sagesse et tout à coup, j'ai joui en abondance dans le ventre de ma fille. A 52 ans, j'avais encore beaucoup de sperme et sans mesurer les conséquences, j'avais éjaculé à l'intérieur de ma petite fille, à l'intérieur de mon Aurore. Je laissai mon sperme gicler et baigner l'utérus d'Aurore. Je suis resté en elle jusqu'à ce que la dernière goutte de sperme soit libérée.

Après, je me suis retiré, je l'ai couverte d'un drap et confus, honteux, plein de remords, je suis allé dans ma chambre.

Cependant, durant la nuit, je suis retourné dans son lit et je l'ai reprise plusieurs fois et chaque fois, j'ai éjaculé en elle; j'ai laissé ma semence dans le ventre de ma propre fille !

Le lendemain, je la vis différente, silencieuse, obéissante, sérieuse. Elle savait que ses amis avaient profité de son état d'ébriété, pendant la fête, pour la baiser.

Un mois plus tard, ma fille apprenait qu'elle était enceinte. La pauvre femme ne savait pas qui était le père de cet enfant. Ça devait être l'un de ses amis, mais elle ne pouvait pas dire qui. Elle ne savait pas que ses amis n'avaient pas joui en elle, elle ne savait pas que c'était moi qui avais rempli son utérus de ma semence.

Je sais que ce que j'ai fait est très mal et j'en ai honte, mais je ne pouvais pas, ce soir-là, éviter ce qui est arrivé.

Nono


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 3 Nov - 21:10 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Lun 5 Nov - 09:22 (2018)    Sujet du message: Confession / Nono Répondre en citant

Il ne reste plus qu'à l'élever !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
cyril45


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2010
Messages: 84

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 08:57 (2018)    Sujet du message: Confession / Nono Répondre en citant

Histoire bien raconté, reste plus qu'a assumer et l'élever comme ton propre fils.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com