histoiresdecheznous2 Index du Forum

histoiresdecheznous2
Site d'histoires érotiques pour adultes dont les héros font partie de la même famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Tapage nocturne / renazumi

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
renazumi


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2018
Messages: 7

MessagePosté le: Dim 28 Oct - 02:05 (2018)    Sujet du message: Tapage nocturne / renazumi Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Tapage nocturne


J'ai déménagé dans un nouveau quartier. J'avais trouvé ce nouvel appartement dans un bel immeuble assez calme, et vraiment tout à fait par hasard, j'avais emménagé, juste à côté de Ren. Vous allez me dire c'est quoi "Ren"?
Ren est le prénom de ma nièce, la fille de mon frère qui avait 27 ans. Elle est d'origine japonaise, comme moi. Cela faisait longtemps que je ne l'avais vue, en fait depuis qu'elle était partie de chez ses parents.

Bref, je me plaisais dans cet immeuble. Je travaillais toujours et le soir, étant seul, ma seule occupation était de regarder la télévision et parfois, je m'endormais devant celle-ci. Cette mauvaise habitude fut à l'origine d'un désaccord avec elle.

Un soir donc, je m'étais endormi devant la télévision, qui peut-être allait un peu trop fort. Toujours est-il que vers 23 heures, on a sonné à ma porte. J'ai été réveillé par ce bruit strident et à demi endormi, j'ai été ouvrir la porte. C'était Ren qui était en robe de nuit jaune. Je ne l'avais encore jamais vue dans l'immeuble, elle était belle comme le jour et j'étais content de la rencontrer, mais je déchantai vite.

– Ta télévision va trop fort, il m'est impossible de m'endormir !
– Ma télévision ?
– Oui, veux-tu bien l'arrêter ou abaisser le son ?

Je suis retourné dans mon salon et je l'ai coupée avant de retourner près de ma nièce.

– Désolé, je me suis endormi…
– Bon, il serait temps que tu te rendes compte que tu habites dans un endroit calme, où les gens qui travaillent, veulent se reposer la nuit… Alors, tu es prié d'arrêter de faire autant de bruit ou je me plaindrai au syndic ! J'espère que tu as compris ! Salut !

Sans aucun signe d'affection pour moi qui suis quand même son oncle, elle me claqua la porte au nez et je l'entendis fermer sa porte avec la même violence. Je n'en revenais pas de son attitude et de son manque de chaleur humaine. Je suis retourné m'asseoir dans mon fauteuil et j'ai fini la bière commencée avant de m'endormir, en pensant à cette petite peste de Ren. Je me suis dit qu'il faudrait que je fasse attention à ne plus importuner mes voisins.

Pendant quelques jours, tout se passa bien et je ne revis plus ma nièce. Un soir, en rentrant du boulot, très fatigué, j'ai pris mon courrier et j'ai trouvé une lettre pour ma nièce. J'ai alors poussé cette lettre entre la porte et le chambranle de son appartement.

Deux heures plus tard, je visionnais un film porno et me masturbais (c'était le seul plaisir que je pouvais encore avoir) quand on sonna à la porte. Très vite, je remis mon slip et mon pantalon, arrêtais la vidéo et allai ouvrir.
C'était Ren qui était habillée d'une robe rose très décolletée avec un dessous en dentelle blanche qui cachait le haut de sa poitrine.

– C'est toi qui as écrasé cette lettre sous ma porte ?
– Oui, elle était dans mon courrier et…
– Ne fais plus jamais ça! C'est une entrée pour une soirée privée que j'attends depuis longtemps. Tout le monde aurait pu prendre cette lettre et voler l'entrée. Tu ne peux pas respecter tes voisins?
– Mais, je pensais…
– Tu n'as pas à penser ! Occupe-toi de tes affaires et de rien d'autre ! Compris ?
– Mais tu ne peux pas être plus aimable ? Je suis quand même ton oncle !
– Pourquoi serai-je aimable avec toi ? Tu es un vieux con égoïste qui a oublié qu'il avait une famille… Je ne t'aime pas et je n'ai rien à faire de toi !

Et une fois de plus, Ren claqua la porte avant de rentrer chez elle.
Là, j'en avais pris pour mon grade. Elle avait un peu raison question famille, mais quand j'ai perdu ma femme, j'ai un peu perdu les pédales, je me suis renfermé sur moi-même et je n'ai plus voulu voir personne. Mais de là à me traiter de con, elle allait fort.

Je retournai dans mon fauteuil et pris une bière. Je n'avais plus envie de regarder la vidéo. Je suis allé me changer, je me suis lavé les dents, j'ai mis le réveil pour six heures et me suis couché.

Dans la soirée, j'ai été réveillé par des bruits bizarres dans le couloir. Ça devait être des jeunes qui avaient trop bu et qui chahutaient dans le couloir. Je me retournais pour essayer de dormir, mais c'était impossible, ça criait, ça riait, ça se bousculait, un vrai cauchemar. Alors, je me suis levé et me suis approché de la porte dans l'intention de l'ouvrir et de leur demander de se calmer. Mais au moment où j'allais ouvrir, ils sont entrés chez Ren et le calme revint. Content, je retournais au lit en pensant au cinéma qu'elle avait fait pour ma télévision.

J'allais enfin retrouver le sommeil quand j'ai entendu de la musique venir de chez Ren et des gens qui sautaient ou dansaient. Ils avaient bu, c'était évident et, furieux, je passai mon pantalon de training et allai frapper à la porte de Ren. Un type a ouvert.

– Vous ne pouvez pas faire moins de bruit ? Je voudrais dormir !
– Dormir, mais nous commençons à peine…
– Où est Ren ?
– Ren, viens voir, il y a un vieil abruti qui veut te parler… !

Il y avait trois jeunes hommes dans la pièce. Ren arriva toute gaie. Je ne l'avais encore jamais vue avec un sourire sur les lèvres, ça changeait ! De toute évidence, elle était ivre.

– Quoi, c'est toi ? Laisse-nous tranquille, on s'amuse !

Elle referma la porte à mon nez.
J'étais furieux à nouveau et rentrai chez moi. Je m'installai sur mon lit et réfléchis au calvaire qu'elle me faisait subir depuis mon arrivée dans l'immeuble.

Vers une heure, j'ai de nouveau entendu du bruit dans le couloir, cette fois j'ai compris que les garçons partaient enfin. Ils continuaient à rire et se bousculer un moment avant de prendre l'ascenseur. Tout à coup, le silence revint, j'étais sauvé, j'allais enfin pouvoir me reposer.
J'ouvris ma porte et passai la tête pour être certain que tout allait bien. Je m'aperçus alors que la porte de l'appartement de Ren était encore ouverte. Je me suis approché en silence et j'ai jeté un coup d'œil par l'ouverture de la porte. Je ne voyais rien… Etaient-ils tous partis? Ren était-elle allée avec eux? Je n'en savais rien, mais je ne sais pas pourquoi, je suis entré chez elle et là, j'ai découvert un vrai champ de bataille, des chips, des cannettes, des papiers partout sur le sol, des bouteilles de vin, de champagne et des verres à moitié pleins sur la table de la cuisine, une odeur d'alcool régnait dans l'appart…

Plus loin, j'ai aperçu la chambre. Trop curieux, je me suis un peu approché et j'ai découvert Ren qui était couchée sur le dos, la robe relevée, les cuisses écartées et du sperme qui coulait de sa chatte. C'était une vision incroyable. Je me cachai derrière un pot de fleur, je pensais qu'elle était éveillée. Après un moment, j'ai remarqué qu'en fait elle dormait à poing fermés. Je me suis approché d'elle et j'ai examiné sa chatte dégoulinante de sperme, puis le reste de son corps, du moins ce que je pouvais voir, et j'ai bandé. Zut, ce n'était pas le moment.
Ren devait mesurer dans les 1,55 m et peser 50 kg, elle avait de longs cheveux bruns. Son visage était vraiment beau avec se fins sourcils et de fines lèvres.

Je me déplaçai à côté d'elle et secouai son bras pour la réveiller; elle bougea bien un peu la tête, mais elle restait sans réaction. Je recommençai plus fort, mais à part un petit grognement, elle ne bougeait pas. Regardant ma nièce, si belle, si méchante avec ses jambes écartées, j'ai subitement eu des pensées perverses et surtout, j'ai recommencé à bander. Je sais que c'était inapproprié, mais c'était si excitant…

J'allai donc fermer la porte d'entrée, en enlevant au passage un de ses souliers qui bloquait la fermeture. Je retournai m'asseoir près de ma nièce et déposai ma main sur son genou. Je regardais si elle réagissait tout en continuant à passer ma main sur sa jambe, sur son genou et à l'intérieur de sa cuisse. Elle était douce et lisse, j'adorais sa peau. Puis, je poussai ma main plus loin et mes doigts touchèrent sa fente. Du bout du doigt, je poussai une lèvre et du sperme coula. Je cherchais son clitoris et le caressais doucement. Tout de suite, elle sourit, juste un peu, puis retomba dans un sommeil profond. Je caressais encore sa fente et son clitoris un moment avant d'arrêter et de remonter sa robe couleur champagne pour que je voie ses petits seins aux tétons bruns. Je les pinçais doucement et malaxais les globes. Puis, je posai un doigt sur ses lèvres et elle se mit à rire.

À ce moment-là, mon pénis était vraiment très dur, alors, j'ai retiré mon pantalon et mon caleçon, j'ai pris sa main et j'ai posé ma queue, dans sa paume, que j'ai serrée. J'ai bougé sa main pour elle me caresse. Puis, j'ai passé mon gland sur son front, sur sa joue, sur ses lèvres. Enfin, j'ai pris la décision de la baiser, ça devenait trop difficile de ne pas le faire !

Je me suis mis entre ses cuisses et sans attendre, j'ai remonté ses genoux et je me suis enfoncé facilement dans sa chatte pleine de sperme. C'était chaud, c'était étroit, c'était bon, c'était merveilleux de me retrouver dans le ventre de ma nièce! Tout de suite, j'ai commencé des va-et-vient rapides dans le vagin de ma nièce. C'était magique de penser que je baisais ma nièce, la fille de mon frère et que c'était quelque chose que jamais je n'aurais pu imaginer. Son corps et ses petits seins bougeaient au rythme de mes coups de reins, c'était vraiment très excitant. Je l'ai prise ainsi un moment, puis, j'arrêtais un peu pour lui lécher les tétons. Ensuite, je repris mes mouvements en elle avec beaucoup de bonheur. J'arrêtai de nouveau après quelques coups de reins pour lécher sa chatte et y enfoncer un doigt. J'étais excité comme jamais, surtout en pensant au tabou de cette situation ! Je l'ai pénétrée à nouveau et j'y allais de bon cœur. Dans son sommeil, elle gémissait parfois, mais sans plus.

Et puis, je l'ai retournée, j’ai remonté son derrière, elle est restée sur ses genoux, la tête et la poitrine sur le lit et je l'ai pénétrée ainsi, par derrière, en lui tenant les hanches. C'était génial ! Je la pénétrais parfois rapidement, parfois lentement, mais chaque fois, je m'enfonçais le plus loin possible dans sa chatte. Chaque fois que je la remplissais complètement, avec le choc de mon bassin contre ses fesses, elle faisait un bond en avant.
Enfin, j'ai joui dans le ventre de ma magnifique nièce et j'ai rempli son vagin. Mon sperme s'est mélangé avec les restes de ceux qui étaient déjà en elle. Je me suis retiré et j'ai vu mon sperme couler de sa fente. C'était spécial, tout à fait immoral, mais beau à voir.

Quand je me suis relevé, j'ai goûté un peu de champagne qui restait dans une bouteille, et je suis retourné chez moi. Arrivé dans mon salon, j'ai pensé à ce que j'avais fait à ma nièce et j'ai rebandé rien qu'en y pensant. J'ai pris mon téléphone et je suis retourné chez Ren. J'ai pris quelques photos de sa chatte avec le sperme qui coulait, de son visage, puis je l'ai remise sur le dos, j'ai remonté à nouveau sa robe et j'ai pris des photos de son magnifique corps en entier, où l'on voyait bien son visage, ses cuisses écartées au maximum et le sperme qui maculait sa fente.

J'ai fumé une cigarette, j'ai rebu du champagne tout en regardant ma nièce qui était toujours dans la même position. Je la regardais avec envie, son visage était beau, reposé, angélique, il me faisait penser à sa mère; en y regardant bien, elle lui ressemblait beaucoup. Je bandais et je voulais encore profiter de ce corps offert et je l'ai reprise dans la position du missionnaire. Je voyais de nouveau son corps bouger en suivant mes coups de reins et c'était fantastique.

– Tu vois, ma chère Ren, ton oncle te baise et de belle manière… Tu fais moins la mijaurée maintenant ! Et bientôt, tu vas encore recevoir sa semence dans ton ventre chaud… J'espère que tu apprécies mon cadeau… !

Je l'ai encore prise, dans la même position, pendant longtemps, très longtemps parce que j'avais joui très peu de temps avant, et puis j'ai joui pour la deuxième fois dans son ventre. C'était divin, mais j'étais épuisé par cette prestation exceptionnelle.
Je me suis rhabillé et je suis rentré chez moi pour dormir. Mais avant de me coucher, j'ai regardé les photos que j'avais prises de Ren, elles étaient fantastiques, j'avais un super souvenir de ma baise avec ma nièce.

Le lendemain, je suis allé travailler, j'étais assez fatigué, la nuit avait été longue, peu réparatrice et surtout épuisante. Le soir, je rentrai chez moi et en arrivant près de l'ascenseur, Ren était là, resplendissante dans un short-salopette bleu et un haut blanc; elle portait un sac beige dans le dos.
Je suis resté à côté d'elle. Toujours hautaine avec moi, elle m'ignorait, pas un seul regard vers moi.

– Alors, Ren, la soirée s'est bien terminée ?

Elle ne répondit pas. Je n'en attendais pas plus d'elle. Je pensai alors : « Dommage que tu ne t'es pas réveillée pendant que te baisais hier soir, petite peste ! ».

Je suis entré dans l'ascenseur, elle ne bougea pas, certainement qu'elle ne voulait pas monter avec moi. Je l'ai regardée.

– Tu montes ?
– Non, pas avec toi !!
– Ok !

J'ai appuyé sur le bouton pour monter, la porte s'est refermée doucement, et avant que l'ascenseur ne monte, j'ai pris mon téléphone et je lui ai montré une photo d'elle, prise la veille, où elle avait les jambes écartées et que du sperme coulait de sa chatte.
Elle a vu tout de suite que c'était elle sur la photo. La surprise fut visible sur son visage qui changea immédiatement d'expression, elle a crié. L'ascenseur montait et elle me regardait sourire, impuissante.

Je suis rentré chez moi et je me suis déshabillé pour me mettre à l'aise. Je souriais en me rappelant le visage de ma nièce quand elle s'est vue nue sur la photo. J'allais passer mon pyjama quand on sonna à la porte. Je savais qui c'était. J'allais donc ouvrir sans prendre la peine de mettre mon pyjama. C'était bien Ren. Cette fois, elle semblait moins arrogante, plus douce, plus timide. Elle me regarda dans les yeux, puis regarda ma tenue, mais ne s'en offusqua pas.

– D'où vient cette photo ?
– Comment ? Quelle photo ?

Je fis l'innocent.

– La photo que tu m'as montrée dans l'ascenseur !
– Ah, celle-là… !
– Oui, celle où je suis…
– Nue, les jambes écartées avec du sperme qui s'échappe de ta chatte ?
– Oui… !
– C'est une photo de ta soirée d'hier… !
– Hier ?
– Oui, avec tes trois copains, ceux qui t'ont baisée l'un après l'autre !
– Mais je fais ce que je veux !
– C'est certain… !
– Et que vas-tu faire de cette photo ?
– De cette photo et des autres… !
– Des autres !!! Tu en as d'autres ?
– Oui, beaucoup !
– Ce n'est pas possible !
– Tu veux les voir ?
– Non… Que vas-tu en faire ?
– Je ne sais pas encore… Pour le moment, je les regarde… Et je m'aperçois que ma nièce est une sacrée belle fille, mais surtout une magnifique salope… ! Une fille qui baise avec plusieurs garçons à la fois, ce n'est pas très courant… !
– Tu peux les effacer ? S'il te plaît, mon oncle… !
– Tiens, tu me parles maintenant !
– Je suis désolée, je ne serai plus méchante avec toi si tu les effaces… !
– Si je les efface ? Hum, je vois… Je suis bien content de cette nouvelle, mais je garde les photos, elles sont trop mignonnes ! Et puis, qu'est-ce que je vais y gagner ? Non, je pense les envoyer à ton père et à ta mère, je suis sûr qu'ils apprécieront de voir leur fille dans cette position !
– Non, ne fais pas ça… S'il te plaît… !

Elle me regardait, inquiète, mal dans sa peau, vraiment différente de la Ren qui me faisait des reproches sans arrêt. C'est alors que je l'ai regardée de haut en bas. Ses yeux légèrement bridés brillaient.

– Allez, mon oncle, supprime ces photos et je serai gentille avec toi !
– Gentille, voilà une bonne idée ! Mais ça veut dire quoi gentille ?
– Je ne sais pas, je pourrai t'aider, faire ton ménage, ce que tu veux… !
– Ce que je veux… Pourquoi pas ? Eh bien, voilà ce que je veux !

J'ai baissé mon caleçon, ma queue était tendue vers elle. Elle me regardait avec colère, si ses yeux avaient été des fusils, j'étais fusillé sur le champ. Je faisais l'homme qui n'avait besoin de rien. Je regardais le plafond, à gauche à droite… Au fond, je savais qu'elle pensait au tsunami qui se produirait si ses parents découvraient les photos. L'attente semblait longue, très longue mais en fait, elle ne dura que quelques secondes.

– Si je le fais, tu supprimeras les photos ?

Je ne répondis pas, j'attendais son bon vouloir. Elle regarda ma tige, me regarda et attrapa mon sexe avec sa petite main pour me branler rapidement, sans plus me regarder. Elle arrêta après quelques mouvements.

– Et si tu me faisais autre chose ?

Elle regardait dans ma direction sans regarder mon visage.

– Alors, je commence à m'impatienter !

Elle entra dans mon appartement et je fermai la porte derrière elle. Arrêtée devant moi, elle restait immobile. Je m'adossai au mur, attendant la suite. Elle me regardait toujours, espérant peut-être que je change d'avis. Puis, doucement, elle s'est agenouillée, la tête à quelques centimètres de ma queue. Elle attrapa ma tige, la branla deux ou trois fois puis, elle regarda mon gland, me regarda dans les yeux et ouvrit doucement sa bouche pour me prendre entre ses lèvres. Elle me suça alors tout en me branlant doucement. C'était super bon, je n'avais pas encore goûté sa bouche et c'était formidable de sentir l'humidité et la chaleur de sa bouche m'envelopper. Je l'a regardais faire en souriant, en pensant qu'elle était maintenant sous ma coupe. Je voyais mon pénis entrer et sortir de sa bouche et c'était fabuleux.
Elle s'arrêta et me dit :

– Ça te suffit, mon oncle ?
– Non, j'en veux plus, ou je donne ces photos à ton père !

Résignée, elle me reprit en bouche pour me sucer. Après un petit moment, je me baissai comme pour lui parler, bien sûr ma tige sortit de sa bouche. Je la regardai :

– Embrasse-moi !

Elle se retourna, puis regarda sur le côté. M'embrasser n'était dans ses projets.

– Embrasse-moi si tu ne veux pas que ces photos arrivent dans de mauvaises mains !

Elle me regarda, elle savait qu'elle n'y échapperait pas. Elle se releva et elle sauta sur mes lèvres pour m'embrasser, mais quand j'ai voulus passer la langue, elle se recula, essuya ses lèvres et me regarda apeurée. Je passai ma langue, elle me regardait et s'interrogeait sur la suite. Puis elle s'approcha de moi pour me laisser passer entre ses lèvres. J'essayais de trouver sa langue mais ne la trouvais pas, elle ne voulait pas que nos langues se touchent.
Elle s'est relevée et je lui ai dit :

– Tu vas descendre ton short, je veux te prendre maintenant !

Elle me regarda, des larmes étaient dans ses yeux. Elle se retourna, descendit son short et sa petite culotte. Je la poussai pour qu'elle se penche sur une petite armoire devant elle. Tout de suite, je cherchais l'entrée de son paradis et quand je trouvai le trou, je m'y enfonçai lentement.

– Oh, Ren, c'est bon… Tu sens ton oncle qui te remplit ?

Elle gémissait, mais ne disait rien. Puis, quand je fus complètement en elle, je commençai de lents va-et-vient pour qu'elle me sente bien remplir son vagin étroit. Elle a de nouveau gémi quand je me retiré entièrement de son vagin pour y rentrer à nouveau et écarter ses chairs intimes. Je la prenais debout derrière elle, m'agrippant à ses hanches. Après quelques minutes, je me retirai et l'emmenai sur le divan où je la plaçai à genoux sur le coussin et écartai ses jambes.

Immédiatement, je la repris par derrière en lui tenant les hanches. Je prenais un plaisir fou à baiser ma nièce de cette façon. C'était aussi beaucoup plus agréable de la baiser alors qu'elle était consciente de ce que nous faisions. Je voulais aussi l'humilier et lui faire prendre conscience qu'elle n'était qu'une femme comme les autres, un trou à remplir. Je voulais aussi qu'elle apprenne qu'il n'était pas bon de prendre les aînés pour des moins que rien !

Plus je la pénétrais et plus j'avais envie de rester dans son corps de rêve, car il faut bien dire que ma nièce avait un corps magnifique. Cette fois, elle gémissait continuellement alors que j'essayais d'aller le plus loin possible en elle à chaque coup de bassin.
Parfois je m'arrêtais au fond de son ventre:

– Tu sens bien ton oncle en toi, tu sens bien sa queue qui te remplit et écarte l'intérieur de ton ventre ?

Cela dura longtemps, très longtemps. Ren n'en pouvait plus, elle avait résisté longtemps, mais tout à coup, elle a dû céder au plaisir naissant et elle a joui; elle s'est mise à crier alors que je continuais à la pomper avec beaucoup de vigueur. Elle se crispait, tremblait, ses mains resserraient le coussin et son vagin m'étranglait. Je m'arrêtais une nouvelle fois au fond de son ventre pour lui dire :

– Tu te rends compte, Ren, je pourrais de faire un enfant… Tu te vois enceinte de ton oncle ? Ce serait super, non… ?

Je repris mes mouvements en elle. Ren pleurait, haletait sous mes coups de boutoir. Je me suis encore retiré et cette fois, je l'ai placée dos sur le divan. J'ai posé ses jambes sur mes épaules et j'ai à nouveau investi son doux vagin. Cette fois, je regardais son visage et les grimaces qu'elle faisait sous mes coups répétitifs. De temps en temps, elle me regardait avec ses yeux en amande et c'était très excitant. C'est à partir de ce moment que j'ai redoublé mes efforts.

Finalement, j'ai senti mon plaisir arriver et en augmentant encore ma vitesse d'exécution, deux jets de semence sont allés dans son utérus. Cette fois, elle n'aurait que la mienne. Puis, au prix d'un effort considérable, je suis sorti de son trou d'amour et j'ai giclé le reste de mon sperme sur son visage. Le liquide blanc coulait sur son visage, elle respirait lourdement et pendant quelques instants, elle restait ainsi, immobile, les jambes toujours écartées. C'était fantastique de la voir ainsi et de penser que c'était mon sperme qui maculait le visage de ma nièce!

Pour terminer, j'ai remis mon caleçon, j'ai attrapé ma nièce par les cheveux et je l'ai jetée dehors, nue, la chatte laissant couler mon sperme et le visage collant de sperme. Je m'étais vengé de cette petite peste !

Dans le couloir, Ren a ramassé ses vêtements et son sac, puis, les jambes tremblantes, elle est rentrée chez elle.

J'ai toujours les photos, je ne les ai montrées à personne, mais je les regarde souvent, elles me rappellent de bons moments passés avec Ren, ma superbe nièce. C'est d'ailleurs le dernier plaisir qui me reste…

renazumi


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 28 Oct - 02:05 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
papy


En ligne

Inscrit le: 11 Avr 2018
Messages: 474
Localisation: nord

MessagePosté le: Dim 28 Oct - 09:19 (2018)    Sujet du message: Tapage nocturne / renazumi Répondre en citant

belle vengeance peut etre une suite mais pas dans cette categorie
_________________
perdu mes anciennes reference de connexion


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Lun 5 Nov - 10:32 (2018)    Sujet du message: Tapage nocturne / renazumi Répondre en citant

Belles et soumises, voilà comme elles devraient être !

J'ai bien aimé !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
cyril45


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2010
Messages: 84

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 09:10 (2018)    Sujet du message: Tapage nocturne / renazumi Répondre en citant

Super histoire même si ça fait penser plus a un viol qu'a un rapport consentant.

Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 10:04 (2018)    Sujet du message: Tapage nocturne / renazumi Répondre en citant

On est dans la bonne rubrique !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com