histoiresdecheznous2 Index du Forum

histoiresdecheznous2
Site d'histoires érotiques pour adultes dont les héros font partie de la même famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Qu'est-ce que j'ai fait ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
vezan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 2 906

MessagePosté le: Lun 22 Mai - 10:18 (2017)    Sujet du message: Qu'est-ce que j'ai fait ? Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Qu'est-ce que j'ai fait ?

Chapitre 1


Ma femme et moi nous sommes mariés très jeunes et nous n'avions que peu d'argent pendant que nos enfants grandissaient. Nous vivions dans un quartier modeste, nous ne pouvions pas nous permettre des folies comme les vacances. Nous avions des regrets chaque fois que nous nos amis discutaient de leurs voyages en camping ou à Disneyland. Nous avons promis d'essayer d'économiser plus d'argent pour faire de belles choses avec notre famille.

Mais c'était plus difficile qu'il n'y paraissait. Nos deux enfants étaient grands au moment où nous avons pu nous offrir des vacances pour nous quatre. Notre fils, Mathieu, avait 22 ans et notre fille, Gabrielle, avait 19 ans, elle allait commencer sa deuxième année d'études supérieures. Nous sommes partis pendant deux semaines, en avril, pour visiter le pays et nous logions dans des hôtels.

Mathieu a amené son ami Alex, alors que Gabrielle n'a invité personne.

Nous sommes montés tous les cinq dans notre Range Rover et nous avons commencé notre voyage vers l'ouest. Je ne vais pas vous ennuyer avec les détails de nos et je vais passer à la suite:

Le premier soir, l'hôtel que nous avions réservé ne pouvait satisfaire notre réservation. Nous avions réservé trois chambres (une pour ma femme et moi, une pour Gabrielle et une pour Mathieu et Alex), mais nous ne pouvions en occuper que deux. Ma femme et moi avions un grand lit et Mathieu et Alex en avait deux séparés. Nous avons décidé que Gabrielle dormirait dans le lit avec Mathieu (malgré leurs protestations, on ne pouvait pas faire autrement). L'hôtel promit qu'une autre chambre serait disponible la nuit suivante. Nous étions là pendant quatre jours et nous avons accepté cet état de chose pour une nuit.

Nous avons eu un délicieux dîner ce soir-là, j'ai bu beaucoup de vin et nous sommes montés coucher très tôt. Quand j'ai passé la tête dans chambre des enfants, ils étaient tous allongés et regardaient la télévision. J'ai dit « bonne nuit » et je suis allé au lit.

Quelques heures plus tard, je me suis réveillé, j'avais froid. J'ai tiré les couvertures sur moi et j'ai essayé de me rendormir. Mais, j'ai commencé à entendre les bruits rythmés, comme si un lit frappait contre le mur. J'écoutai ces bruits et j'entendis des gémissements doux et des grognements. Une rage s'est emparée de moi car je pensais que peut-être mon fils et ma fille étaient en cause. Alors que je me suis levé et j'ai ouvert la porte de la chambre des enfants. Là, mon fils était sous les couvertures avec un casque sur ses oreilles, il ronflait alors que sa sœur était sur le lit et se faisait baiser par son ami. De la porte, j'avais une vue dégagée sur eux et je le voyais entrer et sortir d'elle alors que sa langue passait sur ses tétons. Elle avait la bouche ouverte et criait silencieusement alors que ses cheveux blonds étaient étalés sur l'oreiller. Je suis resté là un moment, choqué, consterné, dégoûté et en colère à le regarder pomper ma fille. Je ne pouvais pas dire qu'elle ne voulait pas, elle semblait même s'amuser. Enfin, je suis entré et j'ai attrapé Alex par la nuque et l'ai retiré de ma fille. Il leva les mains alors que ma fille, embarrassée et honteuse, essayait de couvrir son corps.

– Lève-toi ! Dis-je furieux.

En colère comme je l'étais, elle ne pouvait pas discuter et je l'ai emmenée dans notre chambre. Je l'ai vue se retourner et regarder Alex. J'ai fermé la porte et je l'ai conduite près de ma femme.

– Entre! Tu vas dormir entre ta mère et moi ce soir ! Murmurai-je.
– Mais, papa !
– Tais-toi… Installe-toi sur le lit maintenant !
– Je ne peux pas me changer?

Elle portait juste un soutien-gorge à dentelle blanche. Je l'ai regardée de bas en haut. Je pouvais voir son monticule pubien rasé et ses mamelons qui pointaient sur le dessus de la dentelle. Embarrassé par sa tenue, je ne voulais pas qu'elle prenne son temps pour aller se changer et retourner près d’Alex si je m'endormais et je dis:

– Entre dans le lit !

Elle a fait ce que je lui disais. Mon épouse, Sandra, ronflait légèrement, complètement inconsciente de la scène précédente. Je me suis mis au lit après ma fille et j'ai tiré les couvertures sur nous afin de l'empêcher de sortir du lit. Je me suis tourné sur mon côté, vers elle, afin que le moindre de ses mouvements me réveille. Elle était couchée sur le dos, respirant lourdement, probablement en raison de la frustration d'avoir été interrompue au milieu d'une bonne baise.

J'essayais de m'endormir, répétant la scène vue encore et encore. Est-ce que j'avais réagi de façon excessive? Elle était adulte, oui, mais j'avais réagi comme quelqu'un à qui on vole quelque chose. Les images de ma fille, les jambes écartées avec Alex entre elles, passaient sans arrêt dans mon esprit. Je commençais à avoir une érection. J'ai essayé de penser à autre chose, mais ses seins et son pubis rasé continuaient à circuler devant mes yeux fermés. Plus j'essayais de me concentrer sur autre chose, plus je voyais les seins de ma fille dans son soutien-gorge blanc. Très vite, je me retrouvais avec mon pénis bandé. J'ai ouvert les yeux et la regardai, couchée paisiblement sur le dos à côté de moi, en train de dormir.

Je bougeai lentement ma main et repoussai un peu la couverture. Je pouvais admirer ses beaux seins. Je me suis rapproché d'elle et j'ai poussé mon ventre contre ses fesses et commençai un mouvement circulaire. J'ai attendu pour voir comment elle réagirait; rien, elle ne bougeait pas. Je caressais ses fesses avec ma bite; rien. À ce stade, j'étais très excité. J'ai déplacé ma main sur son corps, sous la couverture et j'ai saisi sa fesse droite alors que je poussais toujours ma bite sur sa fesse gauche. Elle ne réagissait toujours pas. J'ai déplacé ma main sur son ventre et le caressai pendant une seconde avant de descendre vers son pubis et vers sa fente. Elle était encore humide de sa baise avec Alex. Alors que je caressais sa fente avec un doigt, elle bougea et ses yeux s'ouvrirent.

– Papa? Qu'est-ce que tu fais? Chuchota-t-elle en me regardant.
– Shhhhht, ne réveille pas ta mère… !
– Papa, c'est mal. Arrête, tu es malade?
– Shhhhht… Laisse-moi de te caresser une seconde et je ne dirai pas à ta mère ce qui s'est passé avec Alex !

Je ne pouvais pas croire ce que je disais, mais elle a cessé de discuter et de se reculer.

J'ai caressé sa fente et roulé son clitoris entre mes deux doigts avant de sentir sa main me repousser.

– Non… ! Murmura-t-elle.
– Allez… !

Je me rapprochais de plus près d'elle jusqu'à ce que mes lèvres se retrouvent à moins d'un centimètre de ses seins. Je me glissai sur un de ses mamelons alors que je chatouillais légèrement son clitoris. Elle a essayé de pousser ma tête loin de ses seins et j'ai roulé sur elle. J'ai écarté ses genoux et je me suis aplati sur elle avec mon pénis contre sa fente. Je l'écrasais de mon poids et bougeais sur sa fente. Je l'entendais exhaler fortement, puis alors que je massais sa poitrine, elle essayait de me repousser et je lâchai son sein.

– Gabrielle, je ne ferai rien de mal. Je ne vais pas enlever mon short, je veux juste me frotter un peu sur toi !
– Tu ne peux-tu pas aller dans la salle de bain pour te masturber ?
– Juste une minute, ma puce... !
– S'il te plaît, papa… !

Elle ne fit rien d'autre et j'en ai conclu qu'elle acceptait ce que je faisais. J'ai donc continué à bouger sur elle dans un mouvement circulaire jusqu'à ce que j'aie besoin d'un peu plus de stimulation. J'ai tendu une main et attrapai un de ses seins pour le presser. Je la regardais mordre sa lèvre inférieure en me regardant avec appréhension pendant que je me penchai vers sa bouche. Je l'approchai de son visage, lentement.

– Encore combien de temps? Demanda-t-elle, un peu plus tard.
– Juste un peu… ! Lui ai-je murmuré dans l'oreille.

Elle attrapa la chair de poule alors que je respirais dans son cou. J'ai poussé mon bassin et j'ai senti mon gland sortir de mon short. Je glissais le long de sa fente en remontant et en descendant, en m'assurant que mon gland touchait son clitoris.

– Papa, c'est sorti de ton short… !
– Je ne le pense pas, ma puce... !

Je mentais évidemment.

– Papa… Fais attention… ! Dit-elle doucement.
– C'est bon, je ne vais pas le mettre en toi, je vais juste le frotter sur ta fente !

Elle soupira de colère, mais elle ne protestait plus. Je frottais, plus encore, mon gland sur son clitoris, d'avant en arrière et j'entendais sa respiration devenir plus rapide. Bientôt, sa fente s'humidifia avec ses jus pendant que je stimulais son clitoris. Tout à coup, en poussant mes hanches en avant sur elle, j'ai senti mon gland se connecter avec son trou serré et humide. Je me suis arrêté, avec mon gland contre l'ouverture de ma fille.

Ses yeux s'élargirent.

– Non, non, non… ! Dit-elle, me regardant dans les yeux.

Je suis resté ainsi pendant quelques instants tout en regardant ses yeux. Ses cheveux blonds étaient étalés sur l'oreiller, ses seins étaient sortis du soutien-gorge et elle secouait sa tête avec précaution. J'ai regardé entre nos jambes et d'un petit mouvement, je poussai mon gland à l'intérieur de la chatte de ma fille. Ma sentir à cet endroit était presque suffisant pour me faire venir. Je la regardais dans ses yeux et je me poussais lentement jusqu'à ce que la moitié de ma bite soit en elle.

Elle haleta et poussa ma poitrine pour me faire sortir.

Je poussais de plus en plus, très lentement, jusqu'à ce que mon sexe soit entièrement à l'intérieur de son ventre, jusqu'à ce que mes boules reposent sur sa peau. Je regardais toujours ses yeux choqués, dégoûtés pendant deux minutes avant de commencer des va-et-vient en elle. J'ai attrapé ses fesses et je m'enfonçais en elle- tout en l'attirant à moi, c'était incroyablement merveilleux.

Elle haletait à nouveau.

Je me sentais bien dans la chatte de ma fille, je ne pouvais pas blâmer Alex de vouloir la baiser. Je sortais lentement, presque complètement, avant de glisser à nouveau à sa grotte humide et douce. Ma fille commença à grogner doucement, alors que je la prenais lentement. J'ai passé une main entre nous et j'ai caressé son clitoris avec mes doigts et j'ai vu sa bouche s'ouvrir pour lancer un cri tout aussi silencieux que celui qu'elle avait fait avec Alex. J'ai continué à aller et venir lentement et soigneusement dans le ventre de ma fille pendant plusieurs minutes. Souvent, je m'arrêtais avec ma bite complètement en elle et je restais ainsi, sans bouger pour vérifier que ma femme dormait encore.

À un moment, j'ai senti qu'elle commençait à bouger lentement ses hanches en dessous de moi. J'ai continué mes mouvements pour voir ce qu'elle ferait. Elle a continué à pousser ses hanches vers l'avant et ses gros mamelons se frottaient contre ma poitrine. Encore une fois, je l'ai regardée dans les yeux et j'y ai vu de la honte mélangée à la luxure. Je me suis penché sur elle et j'ai léché ses lèvres.

Tout à coup, j'ai senti attraper ses mains sur mes hanches. Elle a commencé à les repousser et à les attirer. Elle gémissait alors qu'elle poussait ses hanches vers ma bite pour que je la possède plus loin. Elle a continué à faire cela pendant plusieurs minutes, ses gémissements devenant plus rapides et plus intenses à chaque poussée. J'ai regardé ma femme, elle dormait encore, et j'ai à nouveau léché les lèvres de ma fille. J'ai senti ses jambes serrer mon dos avec plus de force. Je n'avais plus la possibilité de m'échapper.

Sa tête roulait d'un côté à l'autre et ses yeux s'enfonçaient dans le fond de sa tête.

Je plongeais en elle en sentant que nos corps se glissaient l'un contre l'autre. Elle mordait sa lèvre inférieure et cria doucement. J'ai mis mes mains sur ses hanches et je continuais à la pénétrer avec beaucoup de vigueur. Je fermai les yeux et voulais ralentir car je ne voulais pas jouir tout de suite. Je me suis arrêté et elle se jetait vers moi.
Soudain, j'ai senti sa chatte se contracter sur ma bite Je l'ai regardée dans les yeux et j'ai vu son visage rempli de passion et de luxure, je l'ai embrassé complètement sur la bouche alors qu'elle se tordait sur mon pénis qui la pénétrait sans relâche. Ma fille jouissait sur mon sexe, et je ressentais un picotement dans mes testicules.

Au fur et à mesure que son orgasme s'apaisait, ma fille semblait reprendre conscience de la situation et essayait immédiatement de me repousser.

– Papa, s'il te plaît. Tu avais dit que tu ne le mettrais pas en moi. Arrête… !
– Shhhhht… !

Je me suis enfoncé en elle, durement. Elle haleta à nouveau alors que le cadre du lit frappait contre le mur.

En entendant ce bruit, j'ai pris peur et d'un mouvement rapide, je me suis mis sur mon côté en tirant ma fille avec moi et en gardant mon sexe à moitié enfoui en elle.

Sandra s'est assise et a dit:

– Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

Gabrielle, qui se tordait contre moi, ne bougea plus en entendant la voix de sa mère.

– C'est bon, chérie. Je pense que Gabrielle a fait un cauchemar.

J'ai mis mes bras sur le dos de Gabrielle et je l'ai tiré sur mon sexe.

– Ça va, ma puce? Dis-je calmement alors que ma bite la remplissant complètement.
– Pauvre bébé… Pourquoi ne dors-tu pas dans l'autre pièce ? A demandé Sandra.

Gabrielle n'a pas répondu et j'ai dit :

– Chérie, tu sais comment sont les garçons, bruyants et désagréables. Elle ne pouvait pas dormir, alors je lui ai dit qu'elle pouvait dormir avec nous !

Ma femme s'est retournée et a dit:

– Je suis désolée…. ! Tu auras ta propre chambre, demain… !

Je continuai à baiser Gabrielle lentement alors que ma femme était à côté de nous, complètement inconsciente de ce que nous faisions.

J'ai continué à la pomper lentement jusqu'à ce que les respirations profondes de l'autre côté du lit me disent que Sandra dormait à nouveau. Je saisis les hanches de Gabrielle et je me poussais en elle plus rapidement. Je pressais mon visage entre ses seins et léchai la peau qui couvrait son sternum, tout continuant à la pénétrer avec bonheur.

Sa respiration redevient rapide et j'ai senti ses hanches venir à la rencontre de mes coups de bite. J'ai continué à lécher sur ses seins pendant qu'elle gémissait et haletait.

Au milieu de son deuxième orgasme, j'ai senti ses ongles creuser mon cuir chevelu car elle a grogné au moment où je me suis mis à grossir dans son vagin.

Encore une fois, Gabrielle a essayé de me forcer à sortir de son corps. Elle me regarda dans les yeux, sachant que j'allais venir.

– S'il te plaît, ne viens pas en moi ! Murmura-t-elle à plusieurs reprises.

Toujours allongés sur nos côtés, je la fouettais aussi vite que possible sans réveiller ma femme.

– Papa, ne viens pas en moi… ! Dit-elle à nouveau en haletant.

J'avais l'intention de me retirer, son souffle sur mon oreille me fit perdre mon contrôle. Je m'accrochai alors à ses hanches pendant que je m'enfonçais en elle et que je jouissais. Je gémis et grognai alors que je me vidais dans son vagin, imaginant mes spermatozoïdes avancer vers son utérus. Je la tenais dans mes bras jusqu'à ce que notre respiration redevienne normale.

Au fur et à mesure que je me calmais, je regardai les yeux de ma fille, honteux et embarrassé de ce que je lui avais fait. Je l'ai embrassée sur les lèvres et je l'ai remerciée. Puis, je me suis retourné et me suis endormi, épuisé, ne sachant pas ce qui arriverait le lendemain.


Dernière édition par vezan le Lun 19 Juin - 01:57 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Mai - 10:18 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Lun 22 Mai - 17:28 (2017)    Sujet du message: Qu'est-ce que j'ai fait ? Répondre en citant

Belle nuit, mais le réveil a-t-il être brutal ? Ou saura -t-elle lui pardonner ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
langenoir


Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2011
Messages: 48

MessagePosté le: Mar 23 Mai - 15:45 (2017)    Sujet du message: Qu'est-ce que j'ai fait ? Répondre en citant

la suite des vacance promet 

Revenir en haut
vezan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 2 906

MessagePosté le: Mer 24 Mai - 08:50 (2017)    Sujet du message: Qu'est-ce que j'ai fait ? Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Qu'est-ce que j'ai fait ?

Chapitre 2


Le lendemain matin, je me suis réveillé avec les rayons lumineux venant de la fenêtre de l'hôtel. J'ai détourné la tête de la fenêtre et j'ai vu les cheveux de ma fille étendus devant moi. Il m'a fallu un moment pour me souvenir où j'étais et de la nuit que j'avais passée.

Je commençai à caresser ma bite sous le drap alors que je revoyais la soirée précédente dans mon esprit.

– Papa, ne viens pas en moi ! Avait-elle dit.

J'étais plutôt sûr d'avoir ignoré cette demande. Je me souvenais vaguement qu'un petit pourcentage de moi voulait respecter ses désirs, mais mon cerveau – et soyons honnêtes, ma bite – était concentré sur la force d'aspiration de sa chatte étroite. Oh, oui, ma bite me le rappelait, ma fille avait attiré mon attention. J'ai soulevé le drap qui couvrait son cul et ses cuisses et je vis la preuve de mon plaisir: ma semence séchée à l'intérieur de ses cuisses. Je me suis dit que j'étais un malade, d'où est-ce que cela venait ? C'était comme si, voir ma fille engagée dans un acte sexuel, avait réveillé mon monstre primitif en moi et je ne savais pas comment le supprimer. Mais le voulais-je vraiment ?

Juste à ce moment-là, j'ai entendu la douche couler et j'ai découvert ce qui m'avait réveillé : ma femme, dans son rituel du matin, la douche, le maquillage et Dieu sait quoi d'autre. Je ne m'en souciais pas tant qu'elle prenait son temps. J'avais besoin de me sentir en Gabrielle à nouveau, mais je savais qu'elle était susceptible d'être bouleversée par mon action; alors j'aurais besoin d'un peu de volupté.
Alors, je me suis glissé juste derrière elle et mon pénis se plaça contre son cul. Je ne pouvais m'empêcher de gémir. J'ai placé ma main gauche sur sa hanche gauche et l'ai caressée affectueusement.

Elle n'a pas bougé. J'ai frotté le haut et le bas de sa hanche, doucement, pour lui faire savoir que je savais qu'elle était éveillée.

– C'est bon, ma puce…? Murmurai-je, en embrassant son cou.

J'ai continué à caresser la peau lisse de sa hanche.

– Papa ne va pas te blesser..., j'ai perdu mon contrôle hier soir et je suis désolé… !

Elle n'a rien dit.

– C'est juste que tu es si belle ! Dis-je en embrassant à nouveau son cou et en descendant ma langue sur son épaule, je remis ma main sur sa hanche.
.. Si belle… ! Murmurai-je.

Je me serrai contre sa hanche et, une fois de plus, je poussai ma bite contre son cul nu, l'amenant à fléchir et à m'enfuir.

– Gabrielle, je t'ai dit que tout allait bien, Je ne pouvais plus me contrôler la nuit dernière, mais j'ai le contrôle maintenant, d'accord ?

Elle n'a toujours pas répondu, mais j'ai senti la tension diminuer un peu. Ce qui était miraculeux, parce que je n'avais pas plus de contrôle que la nuit précédente. Peut-être que j'étais un peu plus déterminé ce matin, mais toujours incapable de penser à autre chose qu'à sa chatte.

J'ai déplacé ma main de sa hanche vers les profondeurs chaudes à l'intérieur de ses cuisses. J'ai évité le contact direct avec ses parties les plus intimes et, bien sûr, après environ 5 minutes de chatouillements lents à l'extérieur et à l'intérieur des cuisses, elle a légèrement ouvert les jambes pour m'accorder un accès plus facile. J'ai continué à caresser ses cuisses intérieures, sans entrer en contact avec ses lèvres vaginales. Elle a commencé à bouger ses hanches en essayant de prendre mes doigts dans sa fente. Je l'ai apaisée légèrement en passant un doigt sur son clitoris.

– Ohhhh, ouiiiiiii... ! Gémit-elle.

C'est ce que j'attendais. J'ai baissé mon short sur mes genoux et posé mon gland à l'entrée de son trou. Elle a tourné sa tête vers moi, j'ai couvert sa bouche de la mienne et je me suis poussé dans son canal étroit. Je remis mes mains sur ses seins, tout en l'embrassant avec passion. J'enfonçai ma bite jusqu'aux couilles et j'ai commencé à aller et venir en elle.

C'était le paradis. Nous gémissions ensemble et nous embrassions sur la bouche en utilisant nos langues. Mes mains passaient de ses seins à sa chatte et quand elle a caressé mes boules, je savais que notre relation commencée la nuit précédente allait se poursuivre. Nous étions amoureux.

J'ai commencé à bouger plus fort dans son vagin qui engloutissait ma bite.

Je ressentais l'explosion qui approchait et je ne savais pas comment la freiner. Ce plaisir n'avait rien de commun avec tout ce que j'avais ressenti dans ma vie. Je me suis concentré sur sa chatte, glissant mon pénis dans son puits sans relâches.
Puis, la porte de la salle de bain s'ouvrit ! Merde ! Je n'avais même pas entendu la douche s'arrêter. Quand ma femme est sortie de la salle de bain, j'étais trop loin. Je ne pouvais plus me retenir, je ne pouvais plus me retirer. Mes yeux fixaient ma femme qui était immobile, choquée, alors que je grognais et gémissait en jouissant dans le ventre de notre fille. Elle nous regardait, horrifiée et je continuais à remplir notre enfant de ma semence, tout en serrant ses beaux seins.

Alors que Gabrielle gémissait encore, ma bite affaiblie sortit de son doux canal d'amour.

Nous nous sommes assis tous les trois en silence en nous regardant.

Merde, c'était la cata…


Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Mer 24 Mai - 10:28 (2017)    Sujet du message: Qu'est-ce que j'ai fait ? Répondre en citant

Pas si catastrophique, si elle n'a pas crié, elle a peut-être envie de se joindre à eux ou d'envisager de séduire son fils, si ce n'est pas déjà fait ?
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com