histoiresdecheznous2 Index du Forum

histoiresdecheznous2
Site d'histoires érotiques pour adultes dont les héros font partie de la même famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Soldes / Vezan

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
vezan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Mar 2010
Messages: 2 906

MessagePosté le: Mer 15 Mar - 01:14 (2017)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Corrigé par Redflag

Soldes


Ce qui m'est arrivé, il y a peu, est vraiment incroyable et je vais essayer de raconter cet événement le mieux possible.

C'est arrivé un jeudi, pendant les soldes. Ma fille et moi faisions les soldes dans les magasins d'une grande ville que je ne nommerais pas. Nous avions décidé de visiter des boutiques chacun de notre côté car nous n'avons pas les mêmes goûts et nous ne sommes jamais d'accord sur les couleurs.
Alors que j'étais en train d'essayer des pantalons, j'ai reçu un coup de téléphone de Sabrina, ma fille. Elle était dans un magasin à quelques centaines de mètres de l'endroit où je me trouvais et me demandait de la rejoindre immédiatement car elle avait des ennuis. Elle ne me donnait pas d'autres renseignements, mais me demandait de ne pas traîner. Furax, j'arrêtai mes achats et me rendis dans le magasin indiqué par ma fille. C'était un grand magasin bien connu et, en arrivant, je me rendis à l'accueil et expliquai la situation. La dame appela quelqu'un et me fit attendre sur un siège. Je me demandais ce qui se passait, Sabrina avait-elle eu un malaise, un accident, je ne savais pas quoi penser mais je me faisais un sang d'encre.

Après un moment, j'ai vu arriver un garde de la sécurité, et la dame m'a fait signe de m'approcher. Je me suis précipité vers le garde et il m'a demandé de le suivre sans me donner d'explications. Je m'inquiétais de ce silence et le suivis vers son "bureau", disons une pièce où les gardes se réunissent pour casser la croute ou prendre une pose. Des étagères couvraient les murs et une grande table siégeait au milieu de celle-ci. Immédiatement, j'aperçus Sabrina assise sur une chaise près de la table. Je ne savais pas ce qu'elle faisait là, elle avait l'air abattue mais en me voyant, je la sentis se détendre.

Sabrina a vingt ans, elle est plutôt grande avec des cheveux brun foncé jusqu'aux épaules. C'est ma fille, elle est assez jolie, c'est ce que disent les gens autour de nous. Elle était habillée d'un haut blanc assez décolleté, d'une mini-jupe bleue à fleurs et de fines sandales aux pieds.

« Que se passe-t-il ? Pourquoi m'as-tu appelé ? Ça ne va pas, tu es malade ? »

Sabrina ne disait rien. Le garde s'est adressé à moi.

« Vous connaissez cette demoiselle ?
– Oui, c'est ma fille…, que lui est-il arrivé ?
– Je dois vous dire que cette demoiselle a été surprise en train de voler des vêtements dans le magasin !
– Mais ce n'est pas possible, elle a assez d'argent pour s'acheter ce qu'elle veut !
– Peut-être, mais le fait est qu'elle a été prise la main dans le sac, si je puis dire !
– Je ne le crois pas !
– Je peux vous montrer la vidéo surveillance si vous voulez ? »

Nous sommes allés dans une autre pièce et le garde m'a montré la preuve de la tentative de vol de ma fille. Nous sommes retournés dans la pièce où se trouvait Sabrina.

– Je suis désolée, papa, vraiment désolée, je ne sais pas ce qui m'a pris… !
– Bon, j'ai vu ce qu'elle a fait, je vais vous payer ce qu'elle a pris et je vais lui faire une remontrance… !
– Euh, vous savez, la politique de la maison est de poursuivre les voleurs et nous portons plainte systématiquement à chaque vol !
– Mais ce n'est pas bien grave, je vais la punir et je vous promets qu'elle ne recommencera plus !
– Nous ne travaillons pas comme ça, tout vol est transmis à la police et les voleurs font parfois un peu de prison pour qu'ils sachent que tout n'est pas permis et surtout qu'ils ne recommencent plus jamais… !
– Quoi de la prison pour un si petit vol ?
– Oui, je dois faire un rapport pour le magasin et, ensuite, un autre pour la police !
– Oh, monsieur, je suis désolée, s'il vous plaît, ne faites pas ça… !
– Je vous comprends, c'est votre travail, mais on ne peut pas s'arranger ?
.. Elle est encore aux études et ne peut manquer les cours et puis, à son âge, que va-t-on penser d'elle si elle va en prison ?
– Elle devait y penser plus tôt ! On ne peut vraiment rien faire !
.. Allez, mademoiselle, levez-vous, je prends une photo de vous pour votre dossier !

Sabrina se lève et le vigile fait une photo de face et une de profil.

« Puis-je aller aux toilettes ? Demanda-t-elle, en pleurnichant.
– Bien sûr, c'est la deuxième porte à droite ! »

Pendant que Sabrina est sortie, j'ai tenté une nouvelle fois d'influencer le vigile.

« Mais vous êtes sûr qu'on ne peut pas s'arranger vous et moi, je peux vous donner de l'argent…
– Non, pas d'argent, je risque ma place si ça s'apprend ! »

Je ne savais plus quoi penser pour la sortir d'affaire et puis j'ai pensé à quelque chose qu'un père ne devrait jamais proposer, mais je ne voulais pas qu'elle aille en prison.

« Quoi d'autre ? Elle est gentille, elle est jolie comme beaucoup de jeunes filles et peut-être qu'elle pourrait être très gentille avec vous… ?
– Je ne comprends pas ?
– Je dis que, peut-être, en échange d'une gâterie, vous pourriez oublier de faire ce rapport ?
– Oh, c'est surprenant que vous me proposiez cela; je ne sais pas, c'est que si on apprend ça je suis viré…
.. Mais votre fille serait-elle d'accord ?
– Si vous acceptez, je vais essayer de la convaincre et évidemment cela restera entre nous… !
– Bon…, on peut envisager une telle transaction entre nous…, je vais vous laisser discuter avec elle quand elle revient, mais si elle ne veut pas alors, eh bien, je continue la procédure… ! »

Le vigile est sorti au moment où Sabrina est revenue.

« Mais qu'est-ce qui t'a pris de faire ça ?
– Je suis désolée papa !
– Désolée, d'accord, mais tu vas aller en prison et je ne te dis pas comment on va te regarder après !
.. Te voilà dans de beaux draps…, j'ai essayé de le convaincre de laisser tomber, mais il n'y a pas grand-chose à faire, il est incorruptible, cependant…
– Oh, non, c'est affreux, je suis tellement désolée…, tu as dit cependant…?
– Oui, Sabrina, en discutant avec lui, je me suis rendu compte qu'il n'y aurait, peut-être, qu'une seule et unique chose qui le ferait changer d'avis…
– Quoi papa ?
– Que tu lui fasses une gâterie… !
– Une gâterie ?
– Oui, lui donner un peu de plaisir… ! »

J'ai vu son visage changer d'expression.

« Oh, papa, ce n'est pas possible, tu te rends compte de ce que tu dis ?
– Oui, je sais que c'est mal, mais c'est ça ou le rapport à la police et peut-être quelques jours de prison…, tu veux cela ?
.. Tu as déjà baisé avec des garçons que tu ne connaissais pas depuis longtemps ?
– Oui, mais…
– Ça ne sera pas différent et tu seras sauvée… ! »

Elle réfléchit longtemps en silence, puis me regarda, les yeux plein de larmes.

« Bon, d'accord, s'il n'y a pas d'autres options !
– Je vais en parler au vigile !
– Bon…, quelle merde ! »

Je suis allé trouver le vigile pour lui dire qu'elle était d'accord et nous sommes revenus dans la pièce où était Sabrina. Elle était toujours assise, la tête entre les mains.

« Voilà, ma fille est d'accord avec ce que nous avons envisagé pour éviter le rapport !
– Bon, je fais une exception et une entorse au règlement…, mais vous devrez rester ici !
– Rester ici ? Je peux attendre à côté !
– Non, non, vous restez ici, vous assistez à tout, je ne veux pas qu'on dise que je la viole ! Que faites-vous ?
– D'accord, je reste ! »

Le vigile s'est approché de Sabrina, a mis sa main sur son épaule et l'a caressée.

« Non, s'il vous plaît…
– Quoi ? Tu veux aller en prison ?
– Non, mais…, c'est que…
– Bon, allez, je n'ai pas beaucoup de temps…, c'est oui ou non ?
– Oui, c'est d'accord… ! »

Le vigile a ouvert sa fermeture éclair et a sorti son sexe.

« Agenouille-toi pour me sucer ! »

Sabrina s'est levée, a enlevé ses chaussures et s'est agenouillée devant l'homme. Elle a pris le sexe en main et a approché sa bouche du gland déjà brillant. Elle m'a regardé et s'est mise à lécher le gland du bout de la langue.

« Arrête de lécher, prends-moi en bouche ! »

Il mit sa main derrière la tête de ma fille et s'enfonça dans la bouche ouverte.

« Montre à ton père que tu suces bien ! »

J'étais assis sur une chaise et assistait à tout. J'essayais de regarder ailleurs, de ne pas voir ce qu'ils faisaient.

« Eh, papa, tu regardes ta fille ou on arrête tout ! »

Je regardai donc Sabrina exécuter sa fellation avec beaucoup de vigueur. Je voyais le pénis entrer et sortir entre les fines lèvres de Sabrina. Je ne savais pas comment réagir; c'était particulier, à la fois déprimant et excitant de voir ma fille faire cela. Je pensais que Sabrina arriverait vite à le faire jouir pour que tout se termine rapidement.

« Mon sexe est trop mou, fais-moi durcir… ! »

Le vigile a posé ses mains sur les bretelles de son haut.

« Enlève ton haut… ! »

Sabrina s'est exécutée. Elle a enlevé son haut, son soutien-gorge et même sa jupe.
J'étais stupéfait de découvrir la poitrine de ma fille. Ses petits seins avaient l'air dur, fermes avec de larges mamelons et des tétons bandés, elle avait une belle poitrine ! Je n'en croyais pas mes yeux; Sabrina était excitée ! Elle reprit le pénis en bouche pour se remettre à le sucer et s'attaquer de préférence au gland. Sabrina avait l'air motivée et surtout elle savait quoi faire, je n'en revenais pas, elle avait déjà sucé des hommes, c'était certain !

Il la fit se relever pour qu'elle se couche sur le ventre sur la grande table. Juste avant de se coucher, elle retira sa petite culotte. Je la regardais s'installer et je regardais le vigile approcher d'elle. Elle me regarda en posant ses bras sur la table en attendant la pénétration imminente. Quand l'homme entra en elle, elle regarda vers moi et je la vis grimacer quand il commença à la posséder. Elle gémissait alors qu'il la prenait par derrière accroché à ses hanches. Le pénis entrait et sortait rapidement du vagin de ma fille. Petit à petit, je dois dire que la situation m'excita et je me mis à bander sans le vouloir. Je cachais mon érection sous mon blouson, j'étais assez gêné.

Après un long moment, il la fit se retourner sur le dos, il mit sa jambe droite sur son épaule et entra à nouveau en elle pour reprendre ses mouvements dans le vagin. Dans cette position, j'avais une vue imprenable sur la chatte de Sabrina qui avalait et rejetait l'énorme pénis. Elle haletait et gémissait sans arrêt; ses seins tremblaient au rythme des poussées de l'homme. De temps en temps, elle me regardait, puis fermait les yeux.

« Hé, papa, regarde comme elle est bonne ta fille ! »

Il se retira et se mit à lécher la vulve ouverte. Je voyais sa langue passer entre les lèvres et s'enfoncer à l'entrée du vagin puis lécher le clitoris. Je n'en pouvais plus, j'étais excité comme jamais en regardant ma fille se laisser faire.
Ensuite, il s'assit sur une chaise en face de moi et demanda à ma fille de s'asseoir sur lui. Sabrina s'est installée, face à moi, sur le pénis qui est entré complètement en elle. Elle était devant moi, elle montait et descendait très vite sur le membre. Je ne perdais aucune image de cette pénétration.

« Bon, mets-toi à quatre pattes ! »

Sabrina s'est installée, le cul devant moi et le vigile s'est mis à masser et écarter ses fesses pour que je voie toute l'intimité de ma fille. Il enfonçait des doigts dans le vagin qui devait être détrempé.
Enfin, il la remit ventre sur la table et il la reprit par derrière. Et puis, j'entendis le vigile m'appeler :

« Hé, papa, viens m'aider à prendre ta fille !
– Quoi ?
– Non, pas papa, s'il vous plaît… !
– Viens prendre ta fille avec moi…, je sais que tu en as envie…, dépêche-toi si tu ne veux pas qu'elle aille en prison ! »

Je ne savais pas quoi faire. D'un côté, j'étais excité comme jamais et, de l'autre, c'était ma fille…, mais je n'avais pas le choix, j'avais offert ma fille pour la sauver et maintenant c'était moi qui tombais dans le piège.

« Allez, papa, viens te faire sucer par ta fille ! »

Je suis donc passé de l'autre côté de la table et je me suis arrêté devant ma fille.

« Ouvre sa fermeture éclair et prends-le en bouche ! »

Sabrina fit ce qu'il demanda. Elle ouvrit mon pantalon et sortit ma verge qui en sentant les doigts l'attraper durcit encore plus. Sabrina me regarda un instant alors que mon sexe était dans sa main.

-« Je suis désolé, ma chérie… ! »

Toujours en me regardant, elle approcha son visage et je me retrouvai dans la bouche de ma fille. C'était extraordinaire de sentir la chaleur de sa bouche autour de ma queue et sa langue parcourir mon gland. À ce moment-là, je ne pensais plus à rien, tout ce qui comptait c'était de rester dans cette bouche magique. Le vigile continuait à la posséder rythmiquement et à chaque coup de reins, ma fille me prenait dans sa bouche. Quel bonheur ! Et puis, tout à coup, l'impensable se produisit. Le vigile qui devait être un pervers de nature dit :

« Bon… Papa, on change maintenant ! »

Je n'en croyais pas mes oreilles, il voulait qu'on change de place, c'est-à-dire que je pénètre Sabrina…

« Non, je ne peux pas faire ça… !
– Pas de chichi, je sais que tu en as envie… ! »

Résolu à l'écouter jusqu'à la fin, j'ai fait le tour de la table et me suis présenté derrière ma fille. Le vigile m'a regardé.

« Allez, c'est le moment où jamais… ! »

J'ai posé mon gland entre les lèvres intimes encore écartées de Sabrina et naturellement, sans plus me poser de questions, je me suis enfoncé dans son ventre.

« Oooooooh… PAPAAAAAAAA…. ! »

Le vigile me regarda faire un moment, puis il s'est replacé dans la bouche de Sabrina et j'ai commencé à la pénétrer, d'abord lentement en appréciant son vagin brûlant, puis plus rapidement. Mon ventre claquait sur ses fesses chaque fois que j'arrivais au fond de son vagin. Soudain, le vigile éjacula sur le visage de ma fille. Je continuai seul à prendre Sabrina qui gémissait, soufflait et haletait sans arrêt. L'homme s'approcha de moi.

« Alors c'est bon de baiser sa fille ? »

Quand j'entendis ces mots, je sentis l'orgasme arriver et je voulus me retirer. Mais le vigile se trouvant derrière moi m'en empêcha et je me mis à jouir en elle. Mes jets de sperme envahirent son utérus, je remplissais ma fille de mon sperme. Elle criait, mais doucement, car elle jouissait aussi en sentant ma semence tapisser son ventre. J'ai continué à la posséder jusqu'à la fin de mon orgasme en pensant à mes spermatozoïdes qui se déplaçaient dans son ventre… Puis, je suis sorti de son trou d'amour et nous nous sommes rhabillés sans regarder l'autre.

« J'espère que vous avez compris la leçon, ce n'est pas bien de voler !
.. J'espère qu'il n'y aura pas de prochaine fois… ! »

Nous sommes sortis, silencieusement, en évitant de nous regarder.
Ce que nous avions fait est mal, mais j'en garde un souvenir précis dans ma mémoire.
Depuis cette histoire, Sabrina et moi sommes plus distants l'un de l'autre, mais je ne désespère pas que notre relation s'améliore et redevienne comme avant. Bien sûr, on n'oubliera jamais ce qui s'est passé. Pour ma part, chaque fois que je la regarde, j'ai d'agréables sensations; je me souviens…

Vezan


Dernière édition par vezan le Jeu 6 Avr - 00:49 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Mar - 01:14 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
redflag44


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2010
Messages: 2 779
Localisation: Bienne

MessagePosté le: Mer 15 Mar - 09:30 (2017)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Belle histoire, de surcroît, bien écrite !
_________________
Je suis passionné de rapports incestueux mère-fille et j'aimerais correspondre à ce sujet.

Mon blog : redflag44.tumblr.com


Revenir en haut
MSN
suncare


Hors ligne

Inscrit le: 28 Nov 2010
Messages: 142
Localisation: Ningbo

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 01:14 (2017)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Tout est bien qui finit bien ...tout le monde a pris son pied .

Revenir en haut
Yahoo Messenger
touchatout


Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2012
Messages: 181
Localisation: João Pessoa - BRESIL

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 09:49 (2017)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Zut ! j'ai raté ma carrière : j'aurais dû faire vigile dans un hypermarché !......Ou allez dans ce magasin accompagné de ma fille, en lui demandant de voler un article ! Very Happy
_________________
Les cocus sont comme les taureaux : ils portent des cornes mais ne les voient pas !


Revenir en haut
alexonly


Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2012
Messages: 2

MessagePosté le: Lun 12 Nov - 00:30 (2018)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Très belle histoire, très excitante, merci. 

Revenir en haut
citron


Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2016
Messages: 99
Localisation: paris 19e

MessagePosté le: Lun 12 Nov - 21:17 (2018)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Un petit peu tiré par les cheveux mais la situation est tres excitante.

Revenir en haut
cyril45


Hors ligne

Inscrit le: 29 Oct 2010
Messages: 84

MessagePosté le: Mar 13 Nov - 09:04 (2018)    Sujet du message: Soldes / Vezan Répondre en citant

Histoire bien raconté, heureusement que le fille prend la pilulle sinon elle aurait put tomber enceinte.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    histoiresdecheznous2 Index du Forum -> Les histoires. -> Sans consentement, forcé, chantage Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com